Information


Lunettes pour déficients visuels - Emission sur l'adaptation du smartphone -
Metz guide les non-voyantsCentre Paris sud


Une première en France :
Metz guide le non-voyants

Deux bornes de repérage et d’orientation à destination des non-voyants ont été inaugurées, hier, place de la République. Elles s’adressent aussi aux touristes à la recherche d’informations. Une première en France.

Grâce à un plan en braille et à des informations sonores, les non-voyants pourront mieux se repérer sur la place de la République.
Il ne suffit pas de construire des rampes d’accès pour fauteuils roulants et des ascenseurs pour devenir un bon élève en matière d’accessibilité. Un lieu public accessible, c’est un espace auquel on peut accéder quel que soit son handicap. Et, selon cette définition, la place de la République, à Metz, n’était pas franchement un modèle. Dans ce vaste espace aux multiples fonctions, imaginez par exemple le désarroi d’un non-voyant qui cherche son arrêt de bus. Depuis hier matin, il est en mesure de s’y retrouver un peu plus facilement.
Il lui suffit d’utiliser la télécommande universelle dont il se sert déjà pour activer les signaux sonores des passages piétons, et deux bornes un peu particulières émettront un son pour l’inviter à se rapprocher.
Sur ces bornes, il pourra consulter un plan de place en braille et appuyer sur un bouton qui lui délivrera des informations sonores d’orientation.
Ces bornes, installées hier matin, ont été développées par la société lyonnaise Eo Guidage. Metz est la première ville française à en avoir acheté, dans le cadre d’une expérimentation. « Mais nous avons déjà enregistré une vingtaine de commandes d’autres villes pour les mois qui viennent », annonce Martin Rochon, le directeur général d’Eo Guidage.


Aussi pour les touristes


En attendant, en tant que ville pionnière, Metz a eu le privilège d’accueillir la déléguée ministérielle à l’Accessibilité, Marie Prost-Coletta, hier, pour inaugurer ces deux bornes. « Pour certaines villes, l’obligation d’accessibilité est une contrainte. D’autres en font une opportunité. C’est le cas de Metz », a-t-elle salué.
Car ces bornes constituent aussi un outil touristique. Elles ne s’adressent pas qu’aux non-voyants. Elles ont été conçues sur le modèle du design universel, pour être utiles à tous. Outre le plan de la place qui est aussi proposé en mode visuel (avec des images et une énorme bourde : l’église Saint-Pierre-aux-Nonnains est indiquée avec une photo de la chapelle des Templiers), elles diffusent aussi des informations à destination des touristes et des Messins en mode audio. Les horaires de l’Office de tourisme, les dates et lieux des prochains événements, de l’info-service…
« La partie dédiée aux déficients visuels n’est qu’une couche de ce produit, indique Martin Rochon. C’est vraiment un outil interactif pour tous. »
« Ces deux bornes ont été installées à titre expérimental, indique Jean-Louis Lecocq, le conseiller municipal délégué à l’accessibilité. À terme, nous aimerions en mettre un peu partout dans la ville… Ce produit a un avantage : il ne nécessite pas de travaux. » Même pas besoin de le brancher au réseau électrique. Grâce à des cellules photovoltaïques installées sur son socle, la borne est totalement autonome en énergie. Coût de ce concentré de technologie : 3 400 €, l’unité.
Un investissement totalement assumé par Dominique Gros, qui rappelle que Metz a débloqué 12 M€ sur quatre ans pour l’accessibilité des bâtiments publics. « J’assume pleinement ce choix politique, indique-t-il. Et je suis très fier que ce plan soit chiffré et daté. »